Surcharge Pondérale & Maladies Non Transmissibles

La surcharge pondérale correspond à une accumulation excessive de tissu adipeux, qui a des conséquences sur la santé des individus.(1) Cette accumulation résulte d’un déséquilibre entre les apports nutritionnels et les dépenses énergétiques de l’individu.

Pour commencer, il est important de comprendre qu’on utilise le plus souvent l’expression surcharge pondérale pour désigner les personnes présentant un surpoids ou une obésité. De ce fait, par définition, surcharge pondérale correspond à une accumulation excessive de tissu adipeux, qui a des conséquences sur la santé des individus.(1) Cette accumulation résulte d’un déséquilibre entre les apports nutritionnels et les dépenses énergétiques de l’individu. Ce déséquilibre peut avoir des origines multiples et ses déterminants peuvent être génétiques, biologiques, environnementaux ou comportementaux.(2) Parmi ces nombreux facteurs cités, l’alimentation et l’activité physique, ont un rôle fondamental. (1)

Comment mesurer une surcharge pondérale ?

L’indice de masse corporelle (IMC) est maintenant la méthode la plus utilisée pour déterminer si une personne présente un surpoids ou une obésité. Il est calculé en divisant le poids (en kilogrammes) d’un individu par le carré de la taille (en mètres), le résultat s’exprimant en kg/m2.L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une classification de la population adulte (supérieur ou égal à 18 ans) :- poids insuffisant : IMC infé‐rieur à 18,5 kg/m2- corpulence normale :

  • IMC compris entre 18,5 kg/m2 et 24,9 kg/m2 = surpoids
  • IMC compris entre25 kg/m2 et 29,9 kg/m2- obésité
  • IMC supérieur ou égal à 30 kg/m2.(3)

En effet, le rôle déterminant du surpoids ou de l’obésité dans la survenue d’un grand nombre de pathologies a pu être démontré : maladies cardio-vasculaires, hypertension artérielle, diabète, certains cancers, troubles psychologiques. Un rôle dans d’autres pathologies, comme certaines pathologies pulmonaires ou de l’appareil locomoteur, est également envisagé. De ce fait, le surpoids et l’obésité constituent des facteurs de risque par excellence de certaines maladies citées dessus, appelées des Ma‐ ladies Non Transmissibles (MNT).

C’est quoi donc une MNT ?

Les maladies non transmissibles (MNT), également appelées maladies chroniques, ne se transmettent pas d’une personne à l’autre. Elles durent longtemps et évoluent en général lentement. Les quatre principaux types de maladies non transmissibles sont les maladies cardiovasculaires (accidents vasculaires cardiaques ou cérébraux), les cancers, les maladies respiratoires chroniques (comme la broncho-pneumopathie chronique obstructive ou l’asthme) et le diabète.(1)

L’alimentation a-t-elle une influence sur les MNT ? Une mauvaise nutrition peut être défini comme tout déséquilibre entre consommation alimentaire et dépense énergétique influant progressivement sur la composition corporelle et qui augmente le risque de développer une obésité, un infarctus du myocarde, des crises d’angor, un diabète, divers cancers.(4)

Conseils

L’alimentation est donc un déterminant majeur de la santé et du bien-être. C’est pourquoi les recherches sur les liens complexes entre l’alimentation et la santé sont nécessaires pour permettre une approche intégrative de la santé allant de la prévention à la prise en charge de la surcharge pondérale et des MNT. Se nourrir d’aliments sains et pauvres en sel, en sucre et en gras saturés aide à prévenir l’apparition des maladies cardiovasculaires, de certains cancers, du diabète de type 2 et de l’obésité.

<< Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture. >>

Hippocrate

Références

1. DAHEL-MEKHANCHA CC. Maladies Non transmissibles et Alimentation. J Algér Médecine. 2015;23(4):145‑9.

2. Bouvarel I, Nys Y, Panheleux M, Lescoat P. Comment l’alimentation des poules influence la qualité des oeufs? INRA Prod Anim. 2010;23(2):167‑82.

3. Zanoun N, Fraga S, Hamadouche NA, Dahmoun K, Moussous S, Dekkar N, et al. Surpoids et obésité dans la population générale, de 25 à 64 ans, en milieu urbain algérois (Bab El Oued). 2018;4.

4. Plan d’action 2008-2013 pour la Stratégie mondiale de lutte contre les maladies non transmissibles. OMS. 2010: 48. https://apps.who.int/iris/handle/10665/44253

Télécharger l’article en cliquant sur ce lien : https://www.hnd-consulting.com/wp-content/uploads/2023/06/Surcharge-ponderale-et-Maladies-non-transmissibles.pdf

Partager sur

Articles récents

Articles Similaires :